Actualités,  Chroniques,  Romans,  Romans et Littérature

LA MÉMÉ QUI PÉDALAIT AUTOUR DU MONDE de Gabri Ródenas

Tour de vie …

Je dois dire que l’opération séduction de publication de ce livre a parfaitement su fonctionner sur moi. Belle couverture pétillante et colorée, une quatrième de couverture à l’annonce feel-good acidulé.

Bref, un ouvrage au peps annoncé grâce à une mamie au caractère pétillant et touchant. Alors, selon moi, ce livre aura-t-il tenu sa promesse ?

Rien n’est moins sûr …

Le résumé de l’éditeur.

Qui a dit que les grands-mères n’avaient pas droit à l’aventure ? Certainement pas Doña Maru qui, du haut de ses quatre-vingt-dix printemps, se lance dans une traversée du Mexique à vélo lorsqu’elle apprend l’existence d’un petit-fils dont elle ignorait tout.

Partant à l’assaut d’un monde inconnu et regorgeant de trésors, Doña Maru va vous entraîner dans une épopée où la destination compte moins que le voyage. Et qui sait ? Peut-être retrouverez-vous en chemin
l’enfant que vous étiez dans ces longs étés où tout brillait…

Mais pour le savoir, il n’y a qu’une chose à faire : ouvrez ce livre et commencez votre voyage.

Mon ressenti sur cette lecture.

La première chose que je peux vous dire sur ce roman, c’est que son écrin m’a complètement trompé. Quid de la mamie pétulante ? Exit l’histoire amusante ? Pas de mamie désopilante, bonjour sagesse. Ce livre est bien l’aventure d’une vieille dame de 90 printemps, chevauchant sa bicyclette pour retrouver un petit-fils qu’elle ne connaît pas mais point d’embûche, tout est simple, parfaitement simple, archi simple …

Tout s’emboîte parfaitement. C’est dommage, elle était bien attachante cette vieille dame. Son histoire de vie est belle et intéressante.

Mais ce roman, c’est en fait celui de ceux qui aiment les romans de cheminement, communément appelés ouvrage de développement personnel. Finalement, le voyage de Mémé Maru n’est qu’un prétexte pour venir en aide à ceux qui vont croiser sa route, sous-entendu que nous lecteurs nous avons aussi croisé la route de Mémé Maru en choisissant ce livre. Tant pis, pour moi, je n’avais qu’à mieux deviner la subtilité du résumé …

À chaque étape de son périple, une personne en difficulté à laquelle elle tentera de donner les clés. Comme un cadeau, un remerciement, à chaque fois la personne aura un lien avec son petit-fils ou la suite de son aventure. Ce qui n’aura fait qu’accentuer ma déception.

J’ai bien entendu été touché par certaines histoires, certains parallèles avec la vie réelle et certains messages transmis au lecteur. La douceur apportée par Mémé Maru et quelques personnages. Mais, j’ai vraiment eu du mal à rentrer dans ce roman. Il faut dire que je ne suis pas très bonne cliente de ce type d’ouvrage. Trop généraliste à mon goût pour prétendre résoudre les difficultés de la vie.

Et pourtant, dès l’introduction on nous fait moultes promesses à ce sujet et pas des moindres … Je vous laisse juger …

Mais, pour moi, un vrai roman, est une évasion bien plus subtile, bien plus utile à la réflexion.

Certes, c’est une lecture légère mais il m’a manqué, je pense, l’existence d’un fil conducteur plus réaliste, une profondeur des personnages plus intense, des liens plus forts, des scènes un peu plus avec un sens des réalités … Selon moi, ce roman aurait eu tout à y gagner. Le scénario, en tout cas, avait tout de prometteur.

Certains diront qu’il faut le lire comme un conte. C’est ce que j’ai lu à plusieurs reprises par la suite. Pourquoi pas ? Dans ce cas, pourquoi ne pas être allé dans l’imaginaire à fond ?

Finalement, pour être tout à fait honnête, je crois que ce livre et moi, on s’est raté parce que dès le départ je m’attendais à autre chose. Et pas du tout à du développement personnel.

Dommage.

Pour Conclure.

Une histoire fraîche et légère à la mode du « développement personnel ».

Je n’ai pas réussi à me captiver pour l’histoire de cette mamie qui avait pourtant tout d’attachante.

Mais peut-être que vous … Si ?

Ma note : 14/20

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Silhouette-détourée.png.

Ma Citation préférée.

Les enfants. On fait du mieux qu’on peut mais on ne sait jamais ce que ça donnera.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.