Chroniques,  Jeunesse,  Romans

QUAND LES ABEILLES NE DANSERONT PLUS de Léna Walker

Editions Lémart

« Laisse les abeilles dévaliser ton cœur … »

C’est au printemps dernier que j’ai découvert Léna Walker avec « Les Petites Merveilles ». Ce livre m’a donné l’envie de découvrir un autre de ses ouvrages et « Quand les abeilles ne danseront plus » m’a donc très vite été offert à sa sortie par mon chéri.

Ces derniers jours, je me suis dit qu’il était enfin tant de partir à la rencontre de Noah et de ses petites protégées …

Le résumé de l’éditeur.

Noah a douze ans et deux chiens imaginaires. Sa mère le croit surdoué, il s’estime sous-doué. Il aime se faire passer pour ce qu’il n’est pas, alors il étudie et ne récolte que de bonnes notes. Un jour il décide de devenir président d’une association. Il fonde le Labo des Abeilles pour deux raisons : un, il espère avec ce projet se débarrasser de ses parents qui sont toujours sur son dos et deux, il veut impressionner et conquérir le cœur d’une nouvelle à l’école : Mélissa. Il lui fait alors découvrir le monde fascinant des abeilles.

S’apercevant qu’elles sont menacées de disparition, Noah et Mélissa seront alors près à tout pour les sauver. Cependant, il ne se doute pas un seul instant qu’en cherchant à sauvegarder les abeilles, c’est en réalité sa mère et lui qu’il va finir par sauver.

Mon ressenti sur cette lecture.

Noah est un jeune adolescent mal dans sa peau qui se tient à l’écart de ses camarades. Il faut dire que ses parents ne l’aident pas. Eux-mêmes englués dans leurs problèmes d’adultes et obnubilés par les résultats scolaires de leur fils, ils sont loin d’être à l’écoute. Au collège, débarque une nouvelle élève, Mélissa, dont notre jeune héros tombe sous le charme.  Tous deux vont s’intéresser aux causes et aux conséquences de la disparition des abeilles. En premier lieu pour impressionner sa camarade, Noah va se prendre, malgré lui, d’une véritable passion pour ces magnifiques insectes et nous, lecteurs, nous sommes charmés par la fragilité et la force de ce jeune garçon au cœur de ses premiers émois, portés par un problème écologique majeur très bien amené et très bien documenté.

À quoi servent les abeilles ? Pourquoi disparaissent-elles ? Quelles vont en être les conséquences sur l’homme ? Pourquoi faut-il les protéger ? Comment ? Autant de questions-réponses que l’auteure nous invitent à découvrir tout en les rendant facilement accessibles au jeune lecteur qui peut facilement s’identifier aux personnages de notre histoire.

J’ai trouvé ce livre plein d’enthousiasme, de bons sentiments, poétique et sensible. J’ai aimé la relation de Noah avec son grand-père avec qui il entretient une relation privilégiée. Le thème des relations avec les autres, du rapport à l’autre est très présent et justement posé.

Alors oui, certaines parties peuvent paraître assez fantaisistes : un adolescent de douze ans président d’une association ? J’ai envie de dire pourquoi pas … Dans un roman, tout imaginaire est permis. Acquérir des connaissances tout en rêvant … Voilà un magnifique pari réussi pour cet ouvrage qui parle de l’adolescence et de la nature. Je recommande aux petits comme aux grands enfants sans hésitation.

C’est une lecture fluide, très actuelle, découpée en courts chapitres, qui se lit très facilement et c’est très appréciable.

Léna Walker est une auteure que j’apprécie et dont j’ai hâte de découvrir d’autres écrits.

Pour conclure.

Un petit livre dynamique, sensible et accessible à tous à la disposition d’une cause réelle et sérieuse.

C’est un roman jeunesse comme j’aime :  le voyage est beau, l’apprentissage facile, le dépaysement assuré et les messages sages et assimilés …

Ma note : 17/20

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Bouton-Amazon.png.
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Silhouette-détourée.png.

Mes citations préférées.

J’ai repensé à ce que tu m’as dit. Quand les abeilles ne danseront plus, il restera quatre années à l’humanité pour survivre.

QUAND LES ABEILLES NE DANSERONT PLUS de Léna Walker

Peut-être que c’est ça la force des souvenirs, ce sont des moments, des situations qui mettent en éveil tous nos sens pour ressentir le goût d’un bonheur disparu ?

QUAND LES ABEILLES NE DANSERONT PLUS de Léna Walker

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.