Autour des livres,  Divers

VOYAGES IMMOBILES : ils vont vous faire voyager sans bouger de chez vous – #1

Aujourd’hui, j’avais envie de vous présenter tous ces livres que j’ai tant aimés et qui ont le pouvoir de nous faire voyager tout autour de la planète sans quitter notre chez nous.

Ils sont magnifiques et ont un pouvoir d’évasion extrêmement puissant.

Pour ce premier voyage immobile, je vous propose donc de vous rendre en Afrique, en Inde ou encore au Japon afin d’embarquer pour des histoires captivantes à la découverte d’autres cultures.

LE JAPON

LES DELICES DE TOKYO de Durian Sukegawa

« Une rencontre intergénérationnel émouvante et superbement desservie par une plume magnifiquement délicate, d’une douceur apaisante. Amitié, amour, humanité sont au rendez-vous.« 

Résumé éditeur : «  Écouter la voix des haricots  »  : tel est le secret de Tokue, une vieille dame aux doigts mystérieusement déformés, pour réussir le an, la pâte de haricots rouges qui accompagne les dorayaki, des pâtisseries japonaises.

Sentarô, qui a accepté d’embaucher Tokue dans son échoppe, voit sa clientèle doubler du jour au lendemain, conquise par ses talents de pâtissière. Mais la vieille dame cache un secret moins avouable et disparaît comme elle était apparue, laissant Sentarô interpréter à sa façon la leçon qu’elle lui a fait partager.


Magnifiquement adapté à l’écran par la cinéaste Naomi Kawase, primée à Cannes, le roman de Durian Sukegawa est une ode à la cuisine et à la vie. Poignant, poétique, sensuel  : un régal.

Retrouvez ma chronique par ici


LA PAPETERIE TSUBAKI de Ogawa Ito

« Un chemin à suivre au pays du soleil levant que j’ai beaucoup apprécié : le vieux Japon et toutes ses formes d’authenticité » Ouvrage reposant.

Résumé éditeur : Hatoko a vingt-cinq ans et la voici de retour à Kamakura, dans la petite papeterie que lui a léguée sa grand-mère. Le moment est venu pour elle de faire ses premiers pas comme écrivain public, car cette grand-mère, une femme exigeante et sévère, lui a enseigné l’art difficile d’écrire pour les autres.


Le choix des mots, mais aussi la calligraphie, le papier, l’encre, l’enveloppe, le timbre, tout est important dans une lettre.

Hatoko répond aux souhaits même les plus surprenants de ceux qui viennent la voir : elle calligraphie des cartes de vœux, rédige un mot de condoléances pour le décès d’un singe, des lettres d’adieu aussi bien que d’amour. A toutes les exigences elle se plie avec bonheur, pour résoudre un conflit, apaiser un chagrin.

Retrouvez ma chronique par ici


L’AFRIQUE

RESTE AVEC MOI de Ayọ̀bámi Adébáyọ̀

« Un destin poignant raconté avec perspicacité et sensibilité. Un roman fascinant porteur de messages forts ! » 

Résumé éditeur : Yejide et Akin vivent une merveilleuse histoire d’amour. De leur coup de foudre à l’université jusqu’à leur mariage, tout s’est enchaîné.

Pourtant, quatre ans plus tard, Yejide n’est toujours pas enceinte. Ils pourraient se contenter de leur amour si Akin, en tant que fils aîné, n’était tenu d’offrir un héritier à ses parents.

Jusqu’au jour où une jeune femme apparaît sur le pas de la porte. La seconde épouse d’Akin. Celle qui lui donnera l’enfant tant désiré.

Bouleversée, folle de jalousie, Yejide sait que la seule façon de sauver son mariage est d’avoir un bébé. Commence alors une longue et douloureuse quête de maternité qui exigera d’elle des sacrifices inimaginables.

Retrouvez ma chronique par ici


AYA de Marie-Virginie Dru

« Une belle histoire porteuse d’espoir que j’avais très envie de partager avec vous ».

Résumé éditeur : Aya, c’est toute l’âme de l’Afrique, sa sensualité, sa magie et sa rudesse. Aya, c’est une fille de douze ans, pas encore une femme, belle comme un soleil, et qui ne rêve que d’épouser son petit amoureux, Ousmane.

Main dans la main, ils se promènent sur les bancs de sable de Karabane avant de plonger dans l’eau, où ils croisent Moussa de retour de la pêche dans sa barque bleue.


Ce paradis, Aya ne l’abandonnerait pour rien au monde, s’il n’y avait ce terrible secret qui la fait grandir trop vite et qu’elle ne peut partager avec personne. Contrainte de fuir son île, elle va peut-être se libérer du poids qui lui coupe le souffle et se forger enfin un destin.


Une magnifique histoire de résilience que la plume sensuelle, poétique et envoûtante de Marie-Virginie Dru, grande amoureuse du continent africain, fait vibrer tel un chant initiatique. 

Retrouvez ma chronique par ici


L’INDE

LA PASSEUSE D’HISTOIRES de Sejal Badani

« C’est le roman d’une culture, une ode à la femme, à leurs combats, à l’amour mais aussi à l’amitié « 

Résumé éditeur :

De l’Inde qui a vu naître ses parents, Jaya ne sait rien, ou presque.
Sa mère a toujours opposé un silence glacial à toutes ses questions… comme pour les autres aspects de sa vie, d’ailleurs. Mais alors que son corps semble lui refuser la maternité à laquelle elle aspire, Jaya ressent le besoin d’aller à la rencontre de ses origines.

Au cœur de la province du Madhya Pradesh, dans le village de ses ancêtres, l’attend Ravi, fidèle serviteur de sa grand-mère disparue et dépositaire de ses plus intimes secrets. Mariage arrangé, drames et amours impossibles… Jaya découvre, bouleversée, le destin tragique et hors du commun des deux générations de femmes qui l’ont précédée.
C’est dans leur courage et leur résilience qu’elle puisera la force de trouver sa propre place dans le monde. Loin des clichés d’une Inde de carte postale, Sejal Badani parvient à insuffler beauté et délicatesse au sein des tragédies les plus sombres.

Retrouvez ma chronique par ici


LA FILLE SECRÈTE de Shilpi Somaya Gowda

« Bel ouvrage de partages et d’immersion au cœur de l’Inde, sur le thème de l’adoption, grâce à une description et une histoire très réaliste !« 

Résumé éditeur : Lorsque Kavita, pauvre paysanne indienne, enfante pour la deuxième fois une fille, c’est une catastrophe pour son mari et sa famille. Et, la mort dans l’âme, la jeune mère se résout à confier son nourrisson à un orphelinat.

De l’autre côté de la terre, aux États-Unis, Somer et Krishnan, médecins tous les deux, elle américaine, lui indien, ne peuvent pas avoir d’enfant. Ils recueillent la fille de Kavita, la nomment Asha, lui offrent amour, éducation et avenir. Un jour, celle-ci, devenue grande, veut connaître ses origines.

Sa quête ne sera pas facile et mettra en péril l’équilibre précaire de sa famille.

Shilpi Somaya Gowda nous offre une oeuvre poignante, réflexion subtile sur l’adoption et la construction d’une identité, sans oublier de nous dépeindre les couleurs variées d’une Inde aux multiples visages.

Retrouvez ma chronique par ici


L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Silhouette-détourée.png.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :