Actualités,  Chroniques,  Romans,  Romans et Littérature

LA PHILOSOPHIE DE L’AUTRUCHE de Juliette Sachs

Autoédition

Tel est pris qui croyait prendre …

Depuis que j’ai découvert la plume de Juliette, je suis toujours curieuse de découvrir chacun de ses nouveaux livres.

Les feel-good qu’elle propose sont toujours une bouffée d’air frais entre deux lectures plus graves. Lorsqu’elle m’a donc proposé de m’envoyer ce nouvel opus, je n’ai pas su résister.

Sa sortie date du 18 mai 2021.

Le résumé de l’éditeur.

A trente-sept ans, après un drame professionnel qu’elle tente d’oublier, Noémie se retrouve au chômage.

Contrainte de collectionner les petits boulots sans rapport avec sa formation de comptable, elle accepte un job de photographe. Sa mission : immortaliser les meilleurs moments d’un mariage, des préparatifs jusqu’à la cérémonie. Seul problème : elle va devoir passer trois jours dans un manoir breton, en compagnie des mariés et de leurs familles.

Autant dire un cauchemar pour cette jeune femme sujette aux crises d’angoisse, dotée d’une confiance en elle qui frôle le zéro absolu et dont l’imagination fertile invente les pires scénarios catastrophes. Lorsqu’une fois sur place, elle découvre que deux anciens collègues figurent parmi les invités, la situation vire au désastre. Entre l’odieuse Vanessa qui cherche à tout prix à lui causer des ennuis et le séduisant Christophe avec qui toute histoire d’amour semble impossible, le passé que Noémie essaye de dissimuler refait surface. Et pour ne rien arranger, la voilà accusée d’avoir dérobé un bijou.

Alors qu’elle croit toucher le fond, l’aide d’une pétillante vieille dame va bouleverser sa vie.

Mon ressenti sur cette lecture.

Écrire une nouvelle chronique pour un nouvel ouvrage de Juliette m’apparaît de plus en plus difficile tant j’ai peur de me répéter.

J’aime vraiment beaucoup les personnalités de ses héroïnes principales, qui me touchent à chaque fois.  À la base, elles se ressemblent toutes par leurs fragilités, leurs mésaventures, leurs échecs, leurs malchances, leurs cocasseries – les livres de Juliette sont toujours des comédies pleines d’humour – alors pas de doute, les racines sont bien identiques . Et pourtant, malgré tout, ce qui est intéressant, c’est qu’elles dégagent chacune une étonnante singularité au moment de chaque intrigue.

Et c’est là, qu’à chaque nouvelle aventure, la magie opère tout autant.

Très rapidement, nous savons d’où Noémie tient ses propres faiblesses : une enfance difficile, une mère qui la dévalorise sans cesse sont la source de la jeune femme timide avec laquelle nous faisons connaissance. La confiance en soi lui fait cruellement défaut et la façon dont elle a perdu son dernier emploi n’a malheureusement rien arrangé à la situation.

Pour survivre, elle n’a plus d’autre choix que d’accepter une mission de photographe de mariage alors qu’elle est tout juste novice (toutefois passionnée !).

C’est la panique à bord ! Ajoutez alors au mélange, déjà bien corsé, deux anciens collègues de travail qui savent tout de son passé et c’est le drame !

Ce que j’ai aimé dans ce livre, contre toute attente, ce n’est pas forcément son côté humoristique – j’ai trouvé cette caractéristique bien plus présente dans les autres ouvrages de Juliette – c’est plutôt sa douceur, sa bienveillance, la façon dont l’auteure a fait le choix de monter l’intrigue. Que je qualifierais d’intrigue à l’envers, je vais vous dire pourquoi un peu plus loin.

En attendant, et surtout, qui pourraient, en lisant ce livre, ne pas aimer le personnage de Madeleine ? La bonté incarnée. Un mamie rock qui ne rêve que d’aventures et d’enquêtes dignes d’Agatha Christie ou Miss Marple, ses idoles, n’a fait que m’attendrir et me faire sentir incroyablement bien.

Elle va donc tendre la main à Noémie, la protéger. C’est une belle et précieuse amitié qui va naître sous les yeux du lecteur. Non pas pour trouver le coupable – on y arrive – non, son nom on l’a compris depuis longtemps, mais plutôt pour lui faire enfin tomber le masque. Et c’est là toute la subtilité de l’intrigue : Juliette 1 – Enquête policière 0 : humanité bienvenue, je n’avais rien vu venir en lisant le résumé. Trouver le coupable, ce n’était pas le but, en tout cas pour moi.

Alors, surprise ou pas, je pense que vous pouvez, comme moi, dévorer ce livre. Moi, il m’a littéralement captivé : un chapitre, puis un autre, juste encore un … La suite demain … Impossible, affaire classée en deux jours !

Voici donc le moment où je vais me répéter dans mes mots mais qu’importe : car voilà une nouvelle bouffée d’oxygène que nous apporte Juliette sur un plateau et je pense vraiment qu’il serait bête de s’en priver par les temps qui courent, n’est-ce pas ?

Pour conclure.

Camille restera toujours Camille, cette autre héroïne de Juliette reste impossible à détrôner à mes yeux.

Mais Noémie et Madeleine, sur un magnifique autre registre, ont pris définitivement une seconde place dans mon cœur de lectrice.

Livre à découvrir sans hésitation, à dévorer dans modération !

Ma note : 16/20

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Silhouette-détourée.png.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :