Chroniques,  Coups de Cœurs,  Romans,  Romans et Littérature

LA PASSEUSE D’HISTOIRES de Sejal Badani

Editions Charleston

L’Inde, ma grand-mère, ma mère et moi.

J’aime toujours réceptionner un service presse. La découverte d’une nouveauté, la surprise d’un éditeur, d’une auteure, l’excitation face à un cadeau littéraire inattendu …

Toutefois, il est vrai que ces ouvrages deviennent souvent des priorités tant il est gratifiant d’en recevoir et que l’envie est grande de rendre en retour …

Alors, c’est souvent ma PAL en attente qui en fait les frais à mon grand désespoir.

Alors, quand je peux m’y remettre, qu’il est bon de temps en temps de retrouver les livres pour lesquelles le coup de foudre avait été tel qu’ils me les fallaient dès leurs sorties. Le plaisir d’enfin pouvoir les découvrir.

« La Passeuse d’Histoires » de Sejal Badani n’a pas fait exception et pourtant j’avais tellement envie de le découvrir. Croyez-moi, si je ne l’avais pas fait, je l’aurais, je pense, vraiment regretté !

Le résumé de l’éditeur.

De l’Inde qui a vu naître ses parents, Jaya ne sait rien, ou presque. Sa mère a toujours opposé un silence glacial à toutes ses questions… Comme pour les autres aspects de sa vie, d’ailleurs. Mais alors que son corps semble lui refuser la maternité à laquelle elle aspire, Jaya ressent le besoin d’aller à la rencontre de ses origines.

Au cœur de la province du Madhya Pradesh, dans le village de ses ancêtres, l’attend Ravi, fidèle serviteur de sa grand-mère disparue et dépositaire de ses plus intimes secrets. Mariage arrangé, drames et amours impossibles… Jaya découvre, bouleversée, le destin tragique et hors du commun des deux générations de femmes qui l’ont précédée. C’est dans leur courage et leur résilience qu’elle puisera la force de trouver sa propre place dans le monde.

Mon ressenti sur cette lecture.

Ce que je peux déjà vous dire c’est que si vous avez envie de voyages, d’épices et de couleurs alors la plume de Sejal Bandani est certainement celle qu’il vous faut. Sa capacité à vous prendre par la main est saisissante. En quelques pages, je suis déjà en Inde alors aux mains des Britanniques. Nous sommes aux prémices de l’indépendance du pays. Grâce à la route divinement tracée par l’auteure, nous voyageons d’un destin à l’autre, d’une époque à l’autre sur les traces à la fois sombres et lumineuses de personnages à la résonance extrêmement forte.

Alors qu’elle est fragilisée par une énième fausse couche et son mariage qui bat de l’aile, Jaya ressent le besoin de partir sur les traces de ses origines hindoues, côté maternelle. Et c’est donc elle, qui en quelque-sorte va être le fil conducteur de ces existences aussi belles et dures, les unes que les autres.

Alors qu’elle croyait rencontrer son grand-père, c’est du fidèle serviteur et ami de sa grand-mère, Ravi, dont elle fera la connaissance. Il l’attend depuis si longtemps. Il a fait une promesse à Amisha, celle de transmettre son histoire à sa descendance. Et ses mémoires, c’est d’abord celle de l’amour, d’une grande et belle histoire d’amour comme il en existe rarement. Un amour impossible, bafouée, écrasée par le poids des traditions. Car la vie d’Amisha, la grand-mère de Jaya, c’est d’abord celle d’une jeune fille qui grandit avec sa famille jusqu’à l’âge, à l’heure du mariage arrangé. Puis, c’est ensuite celle d’une femme qui ne rêve que d’écriture, son refuge, à l’heure où la place de la femme est à la maison, derrière celle de l’homme. C’est une force de caractère qui n’aura de cesse de se battre pour tenter de réaliser ses rêves et sortir de sa condition. Ce sera celle d’une passion avec un amour interdit… Un destin qui aura malheureusement de terribles répercussions sur la génération à venir que seule la parole pourra libérer. Et cela, Amisha l’avait compris.

L’auteure fait tout vivre pour nous, sous nos yeux : le décor, les personnages … C’est magique, fort et sensible à la fois. On y croise l’injustice des classes sociales en Inde, la pauvreté, ces gens qui vivent avec si peu et dont le peu font le grand bonheur. Cela nous permet de nous recentrer sur nous et nous fait aussi réfléchir sur l’essentiel nécessaire à notre existence : l’amour, l’amitié, la bienveillance, la famille … Chaque personnalité de ce livre est une belle âme, touchante, profonde, sincère. Chacune d’elles a quelque chose à nous apprendre, une leçon à nous transmettre.

Vous l’aurez compris, ce roman est un vrai coup de cœur ! Je pourrais vous en parler pendant des heures et tout vous raconter. Tout y est passionnant, intense que ce soit sombre ou lumineux. L’auteure a une réelle capacité pour nous emmener, pour nous faire tourner les pages sans se rendre compte du temps qui passe. C’est le roman d’une culture, une ode à la femme, à leurs combats, à l’amour mais aussi à l’amitié : le lien entre Ravi et Amisha est juste magnifique. Le combat de Jaya pour avoir un enfant est actuel, légitime mais tellement non reconnu dans notre société … Je suis touché qu’on puisse en parler enfin de cette façon là.

Alors, je suis triste de revenir à la réalité, j’aurais tellement aimé rester avec eux.

 Il est de ces romans qui vous transportent en vous faisant oublier tout le monde qui vous entoure et celui-ci est un de ceux-ci que je vous conseille assurément …

Pour conclure.

Ce livre s’annonçait pour moi comme une véritable pépite.

Tout m’attirait : la couverture (que je trouvais magnifique), l’histoire, le lieu …

Je ne me suis pas trompé.

Il n’y a qu’un seul mot qui puisse l’illustrer au vu de des valeurs de simplicités qu’il véhicule : beau.


Ce roman est de toute beauté. Il n’y a rien d’autre que je puisse ajouter.

Ma note : 19/20

Prix éditeur broché : 22.50 €uros

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Silhouette-détourée.png.

Mes citations préférées

L’écriture n’était peut-être pas un mal à dompter, mais un don, à chérir et à protéger. Ses histoires étaient son seul passeport vers des endroits qu’elle n’avait jamais visités. Sans elles, elle serait toujours piégée, ici, dans son village.

LA PASSEUSE D’HISTOIRES de Sejal Badani

Ici, on croit que quand la lune cache le soleil, les ténèbres peuvent se répandre dans notre monde. […]. Mais ce n’est pas toujours au soleil de nous éclairer. Dans l’obscurité, nous devons chercher les étoiles, car leur éclat a un pouvoir spécial.

LA PASSEUSE D’HISTOIRES de Sejal Badani

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :