Actualités,  Chroniques,  Jeunesse,  Romans et Littérature

MYSTERES A RIDDLING WOODS de Samuel J.Halpin

Editions PKJ

Tissu maléfique, d’où viens-tu ?

Lorsqu’il est paru, j’ai été immédiatement séduite par la couverture de ce livre, elle est, pour moi, juste magnifique, et j’ai eu tout de suite envie de le lire.  

Mon résumé.

Une maison énigmatique dans une ville tout aussi mystérieuse où vit une grand-mère quelque-peu décalée ayant un petit cochon pour animal de compagnie.

Poppy, qui vient tout juste de perdre sa maman, doit s’y installer alors que son père se plonge dans son travail pour oublier.

Mais qu’est-ce que cette gentille mamie couturière aux doigts de fées peut-elle bien cacher ? D’où proviennent tous ces beaux tissus qui font la fierté de la ville qu’elle sait si bien sublimer ? Pourquoi ne veut-elle pas que Poppy ouvre les fenêtres la nuit ? Qu’elle rentre impérativement le linge avant 18h00 ? Qu’elle laisse les araignées tisser leurs toiles autour des fenêtres ? Surtout, surtout, ne jamais nettoyer les bords de fenêtres ! Sous aucun prétexte ! Enfin, Poppy, n’oublies jamais de cacher le sucre ! Quelles drôles de pratiques même pour une vieille dame !

Il est temps de percer tous ces mystères ! Comme celui des rumeurs de disparitions d’enfants dans la ville depuis plusieurs générations. Que se passe-t-il à Sudds, c’est tellement bizarre ?

Poppy rencontre Erasmus, un garçon de son âge très renfermé sur lui-même à l’intelligence sous-estimée. Jour après jour, il se fait une place au côté de l’adolescente avec qui, elle se lie d’amitié.

Les deux enfants, écorchés tous deux par la vie, vont se trouver une passion commune et se rapprocher, malgré eux du passé mystérieux de la ville.

Alors, quelle âme maléfique détient les reines de celle-ci ? Les deux enfants sont-ils assez forts pour la combattre et offrir une deuxième chance à Sudds ? Rien n’est moins sûr ! Qui sait si fouiner dans les affaires des adultes n’est pas trop dangereux …

Mon ressenti sur cette lecture.

Une ambiance mystique au goût de contes de fées, c’est le sentiment qui ressort en grande majorité lorsqu’on lit les avis sur ce livre.

Je dois dire que je m’accorde plutôt avec ces différents ressentis. L’atmosphère est donnée, une ville parsemée d’imaginaire, qui vit à travers des étoffes magnifiques en provenance d’une manufacture dont personne ne sait rien si ce n’est qu’elle est cachée au fond des bois. Personne ne peut y entrer, personne ne sait qui y travaille, tout juste sait-on que les tissus arrivent seuls en descendant la rivière. A ce stade, je pense tout de suite : Charlie et la chocolaterie et mon cœur s’emballe …

Mais une grand-mère farfelue, bien qu’attachante, dans une vieille maison où on cache le sucre, où le linge doit impérativement être rentré avant 18h00 … Admettez, après réflexion, que tout cela est bien étrange, tout comme les disparitions d’enfants qui semblent être monnaie courante : « respectes bien les consignes, ferme bien les fenêtres avant de te coucher, laisse les araignées tisser leurs toiles autours des fenêtres, elle seules te protègent … ». Là, je change plutôt d’opinion et me dirige plutôt vers une méchante sorcière … Enlèverait-elle les enfants ?

Je dois dire, qu’une fois plongé dans l’histoire, je ne sais pas pourquoi, j’avais l’impression, moi aussi, d’un conte à la sauce « Hansel et Gretel ». Je l’imaginais bien cette méchante sorcière cachée dans sa manufacture au fond des bois …

Alors, ce n’est pas tout à fait cela, certes, mais c’est plutôt l’idée en version très modernisée : téléphones portables et internet faisant bien partie intégrante de l’histoire.

Alors, oui, un peu de temps pour plonger pour ma part. Un bon quart de livre avant d’arriver complètement dans l’univers Riddling Woods. Mais, j’y ai rencontré Poppy, une jeune adolescente très attachante, tout comme son camarade Erasmus. Tous deux sont très jeunes et déjà bien abimés par la vie qui ne les a pas épargnés : Poppy doit faire le deuil de sa maman et apprendre à vivre avec la douleur sans son papa qui peine déjà à porter la sienne. Erasmus, lui, est différent de ses camarades de classe et le souffre-douleur de ceux-ci. Il doit aussi apprendre à conjuguer cela avec l’absence de sa mère alcoolique qui, en plus de le délaisser, bien qu’elle aime son enfant, est loin de savoir le consoler et le ridiculise même parfois.

Erasmus est touché par tout ce qui lui arrive mais se protège de tout cela d’une certaine façon, grâce à son monde à lui. Un moyen de défense que j’admire énormément. Alors, les deux enfants vont se rapprocher et se lier d’amitié pour décider de faire face à la terrible malédiction qui empoisonne tout le monde depuis toutes ces années. Ensemble, ils vont faire front pour démêler non seulement les secrets des adultes mais surtout le mystère tout court qui rôde autour d’eux. Ils vont se mettre en danger, nous faire peur, rire, comme sourire grâce à leurs mésaventures.

L’écriture est très simple, fluide, convenant parfaitement à un jeune lecteur, à mon goût peut-être plus encore qu’un premier tome d’Harry Potter. L’ensemble est jalonné au fil des pages de jolies illustrations pour cette version française, dont je tiens à le souligner, la couverture magnifique est très représentative de l’histoire.

J’ai aimé l’humour parsemé ici et là, point trop n’en faut, juste ce qu’il faut dans la lecture.

Alors même si, finalement, le dénouement ne m’a pas forcément ébloui plus que cela, je pense que c’est un bon livre jeunesse pour adolescents et grands enfants qui voudraient s’initier au fantastique ou simplement se délecter des contes d’autrefois.

Pour conclure.

Un soupçon de contes, agrémenté d’un peu de fantastique, lui-même incorporé à une pincée de merveilleux et vous obtenez les Mystères de Riddling Woods : joli roman jeunesse facile et agréable à lire pour un bon moment de détente magique.

A conseiller aux jeunes adolescents et aux jeunes adultes qui aiment toujours rêver à travers les contes de fées …

Ma note : 14/20

Alors ? Vous partez à Riddling Woods ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *