Actualités,  Chroniques,  Coups de Cœurs,  Romans,  Romans et Littérature

LES PRINTEMPS de Nathalie Bianco

AUTO EDITIONS

Confinement heureusement.

J’avais déjà eu l’occasion de découvrir le style de Nathalie Bianco grâce à ses fameux Courants d’Air dont la parution date de l’année dernière.

J’ai donc été plus qu’enchantée d’apprendre la sortie de son deuxième livre publié en juillet dernier.

Mon résumé.

L’une est divorcée. Mal dans sa peau, malheureuse en amour, piètre cuisinière et mère de trois enfants dont un adolescent. L’autre est une accro des réseaux sociaux. Star de téléréalité, adepte convaincue de la chirurgie esthétique, à priori le QI d’une huitre.

Sur le balcon du milieu, entre les deux, une mamie de 86 ans, une crème aux grands-enfants partis vivre leurs vies à l’autre bout de la planète, la laissant seule avec son immense vide.

C’est l’histoire d’un état d’urgence historique qui oblige les gens à mettre leurs vies sur pause. L’émergence d’un virus inattendu qui vient tout bouleverser et sans qui ces rencontres n’auraient jamais eu lieu.

Un tissage de liens indélébiles, à l’apparence banal. En réalité, des vagues d’émotions qui viennent tout chambouler sur leurs passages.

Des têtes à têtes privilégiés capable de changer trois destins.

Mon ressenti sur cette lecture.

Chère Nathalie,

Je me souviens qu’il y a un peu plus d’un an, tu m’avais gentiment contacté afin de découvrir en avant-première ton premier livre.

Je ne savais alors pas vraiment à quoi m’attendre et contre toute attente, j’avais vraiment aimé ta plume si juste et si piquante. Ta capacité à transformer un quotidien sombre et difficile en moments lumineux et drôles, juste en changeant l’angle de vue.

Savoir prendre la vie du bon côté avec humour, j’avais tellement ri de cette auto-dérision.

Cette fois-ci, c’est donc sans aucune hésitation que j’ai acheté ton deuxième ouvrage, en ayant juste lu rapidement le résumé, persuadé d’y trouver à nouveau cette gaieté si particulière qui m’avait fait tant de bien. Surtout en cette période que nous vivons, c’était ce qu’il me fallait absolument.

Et le choc a été immédiat car je ne m’attendais , mais alors pas du tout, à cela.

Pourquoi ? En toute sincérité, il m’a touché si profondément que je ne sais pas réellement comment m’y prendre pour en parler alors je vais essayer au mieux, corrige-moi si je me trompe :

C’est l’histoire de trois femmes confinées à la maison à cause d’un méchant virus immergeant à l’aube du printemps 2020.

Sur le balcon le plus à gauche, c’est Céline, mère divorcée qui vit seule avec ses enfants. Elle se sent seule, grosse, mal-aimée. Sur le balcon le plus à droite, c’est Manava, qui passe son temps à se réinventer une vie de strass et de paillettes, au million de followers. Une vie superficielle qui lui permet d’engloutir, au fond d’elle-même, elle aussi, sa principale blessure : la solitude. Au milieu, sur le balcon, le plus fleuri, aux magnifiques géraniums, une vieille dame, Esther, bien abandonnée à son triste sort depuis que ses enfants sont partis vivre leurs vies à l’autre bout du monde.

Toute trois vont apprendre à se connaître, à s’apprivoiser à travers leurs balcons respectifs, confinement oblige. Des petits rendez-vous tendres, évolutifs, pleins d’émotions au fil des pages. Un choc de générations fait de quiproquos si délicats et si frais grâce à ta plume, Nathalie, toujours pleine d’amusements et d’esprits.

Je me suis attaché à tes personnages qui m’ont chacune émue à leur façon. Tous les soirs, après ma journée de travail, j’avais réellement envie de les retrouver, allant même parfois jusqu’à ralentir ma lecture pour faire durer le plaisir. Comme si, moi aussi quelque-part, j’avais rendez-vous sur mon balcon avec elles.

Tu dresses leurs portraits avec tellement de réalisme, faisant de leurs défauts de si jolies qualités, plutôt que d’essayer de les cacher. Chacune est sublimée, chacune est vraie. Tu as su me donner l’envie de leur tendre la main, de voir à travers les apparences, de creuser leurs parcours de vies. A travers leurs pensées, tu fais en sorte que les femmes, que nous sommes, puissent s’identifier à elles d’une manière ou d’une autre. Tu nous sublimes, et tu soulignes surtout l’importance du lien social, du partage, de l’entraide, de la main tendue qui nous fait si cruellement défaut dans le monde d’aujourd’hui.

Que ce soit la solitude d’une Mamie Nova, qui existe par milliers ou l’apparente futilité de Manava, derrière tout ça, il y a une histoire à creuser.

C’est un livre qui fait beaucoup réfléchir sur beaucoup de choses malgré les apparences et justement il met le doigt sur ces aspects de nous que l’on veut bien montrer alors que nos fragilités sont si souvent cachées.

Alors, si au début j’ai été complètement surprise par cette nouvelle lecture, simplement car je ne t’attendais bizarrement pas sur ce terrain-là, j’ai tout naturellement pris conscience qu’au fil des pages, cet ouvrage me faisais beaucoup de bien. Qu’il était ce dont j’avais besoin à ce moment-là.

Pour moi, un livre, n’arrive jamais entre mes mains par hasard, c’est eux qui me choisissent. Et celui-là est tombé pile pour de belles rencontres qui remplissent le cœur.

Quand j’ai vu se profiler le dénouement, ce fut là encore une grosse claque pour moi.

C’est simple, je n’ai rien vu venir et j’ai terminé en larmes, attrapant tout de suite mon portable pour te dire merci.

Ce livre a profondément raisonné en moi grâce à sa douceur, sa force et ses messages.

Pour des raisons, que je ne saurais vraiment expliquer, c’est un très gros coup de cœur inattendu et je suis persuadé qu’il saura raisonner chez bien d’autres lectrices.

Voilà Nathalie, comment j’avais envie de partager mon avis sur ton deuxième bébé.

Encore, merci à toi.

Pour conclure.

Contre toute attente, j’ai été émue au point d’avoir les larmes qui coulent à la fin.

Pourtant, c’est un livre plein d’espoir, de jolies rencontres qui font du bien.

On s’attache aux filles, on apprend à les connaître indépendamment de ce qu’elles veulent bien montrer. J’ai aimé lire sous le point de vue de chacune d’entre-elles. On rentre dans leur intimité et on s’identifie, on s’attache …

En tout cas, moi je me suis attachée et c’est tout ce dont j’avais besoin !

Ma note : 18/20

Mes citations préférées.

Peut-être est-ce que je me fais des idées, mais j’ai eu l’impression que Esther et Manava m’écoutaient et me comprenaient parfaitement. Comme s’il pouvait exister un lien invisible entre une toute jeune starlette de téléréalité, une vieille dame de 86 ans et une grosse mère de famille divorcée. Comme si quelque chose d’impalpable et d’universel nous unissait.

LES PRINTEMPS de Nathalie Bianco

Elles n’en n’ont pas conscience, mais je sais bien que la probabilité pour qu’une jeune fille de 20 ans et une mère de famille débordée fassent de moi leur confidente était très faible. Il aura fallu cet affreux virus, et ce déconcertant confinement pour que nous nous rencontrions.

LES PRINTEMPS de Nathalie Bianco

Il n’empêche. Ils sont mes printemps à moi, et ils arrivent alors que je ne m’attendais plus qu’à des hivers. Ils illuminent tout, et me réchauffent, chaque jour.

LES PRINTEMPS de Nathalie Bianco

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :