Actualités,  Chroniques,  Romans et Littérature,  Séries Policières

FÊTE DE FAMILLE FATALE de Juliette Sachs

Editions City

Gare aux empoisonneuses !

La fin de l’été annonce un retour progressif aux lectures confortablement installé sous un plaid au coin du feu.

Et quoi de mieux pour rentrer dans l’automne, qu’un bon Cosy Mystery ? Qu’est-ce ? Comprendre bon petit policier, bien éloigné des thrillers sanglants mais plutôt teintés d’humour à l’enquêteur amateur.

C’est ce que vous propose Juliette Sachs avec la suite des aventures de Camille que j’avais découverte l’année dernière dans « ON N’ATTIRE PAS LES HIRONDELLES AVEC DU VINAIGRE » et que j’avais beaucoup aimé.

Je remercie Juliette qui m’a gentiment proposé de le découvrir en avant-première et City Editions pour l’envoi de ce livre que j’attendais non sans une certaine impatience.

Mon résumé.

Vous souvenez-vous de Camille, cette quarantenaire désopilante, célibataire, journaliste à la gazette de Perclin ? Oui ? Non ?

Si, si, Rappelez-vous …

Désespérant de trouver l’amour et amère de la réussite de son ex, elle était partie seule en quête d’un scoop meurtrier dans l’espoir de voir sa carrière décoller ailleurs qu’à la rubrique des chiens écrasés.

Entre situations cocasses, caractère bien trempé, plutôt difficile de l’oublier !

Aujourd’hui, elle est de retour et surprise ! Elle est en couple avec le mec parfait qui n’est autre que Marc, son patron.

Dans ce cas, pas d’autre choix que d’accepter de le suivre à Vazalot, petit patelin paumé et peuplé d’une poignée d’habitants, à la rencontre des parents de son amoureux.

Mais entre la passion pour le bridge de belle-maman, les bouquins de philosophie de beau-papa, ses parents à elle qui débarquent et l’ex de Marc qui réapparaît, elle qui s’attendait à s’ennuyer ferme, ne tarde pas en plus à s’agacer sévère !

Alors, accepter de participer à la fête du village en famille devrait pouvoir la détendre un peu et lui permettre de rencontrer du monde.

Oui, bonne idée ! Mais non, fausse bonne idée ! A la première gorgée d’une coupe de champagne servie par Camille, un vieux monsieur de la maison de retraite s’effondre raide mort ! Accusé à tort, pas d’autre solution que de trouver elle-même le meurtrier avant de se retrouver définitivement derrière les barreaux !  

Notre héroïne est dans un sacré pétrin et ce n’est pas la police locale qui va l’innocenter ! Loin de là !

Mon ressenti sur cette lecture.

Ce n’est désormais plus une surprise. Après avoir lu ses deux premiers livres, je suis déjà sous le charme de la plume agréable, fluide, rafraîchissante et pleine d’humour de Juliette Sachs. Alors, à chaque nouvelle découverte, je me plonge avec un certain plaisir dans cette promesse d’une bonne lecture Feel-Good, no stress, pleine de fantaisie, d’ironie et d’auto-dérision. De plus, aujourd’hui, il se trouve que c’est une suite que j’attends depuis longtemps. Donc je n’ai qu’une envie : retrouver Camille avec une petite appréhension quand même. Est-ce que je vais aimer autant que le premier et comment vais-je pouvoir en parler s’il n’est pas à la hauteur du premier opus ?

Heureusement, ce ne fut pas le cas.

Bien que moins piquant et audacieux que les hirondelles, j’ai dévoré ce livre en deux petits jours tant il produit toujours cet effet délicieux ! Impossible d’interrompre sa lecture, une folle envie de finir, que de bons signes !

J’ai été surprise de retrouver Camille en couple avec son patron dans un cadre familial et non professionnel comme je l’attendais. Mais il faut bien dire aussi que j’ai regretté de ne pas m’être réapproprié le tome 1 avant de me plonger dans cette nouvelle histoire, ce qui aurais ravivé bien des souvenirs. J’ai finalement adhéré à cette continuité où l’on découvre notre journaliste à la rencontre de ces beaux-parents quelque-peu originaux comme sa famille à elle finalement. Je crois que Juliette à un petit penchant pour les mères exaspérantes (petite parenthèse à Vacances Mortelles aux Paradis où j’avais une envie de meurtre envers la mère de l’héroïne) et cela donne du piquant à l’histoire.

 En tout cas, ce n’est pas fait pour déplaire finalement.

Se sentant peu à sa place au milieu de la famille de Marc qu’elle trouve si parfaite, Camille va s’infliger, malgré elle, toutes sortes de situations cocasses pour le plus grand plaisir des zygomatiques des lecteurs que nous sommes. Et tout cela par manque de confiance en elle!

J’ai adoré l’adolescent dont les grands-parents ne savent plus quoi faire ! Contraste saisissant entre deux générations si éloignées l’une de l’autre !

Evidemment, ne vous attendez pas à une grande enquête sanglante, pleine de nœuds à vous retourner le cerveau pour trouver un coupable, ou alors passez votre chemin car ce n’est pas du tout l’objet de cet ouvrage.

A vrai dire, tout y est assez prévisible (peut-être un peu trop, cette fois à mon grand étonnement).

Car à la manière de notre célèbre Agatha Raisin, tout est plutôt axé sur le capital sympathie et caricaturaux des personnages.

Comme Agatha, Camille a le don de se mettre dans des situations pas possibles et pleine d’humour. Un peu grosses les situations et pourtant, en même temps, bizarrement cela passe. Pourquoi ? Qui n’a jamais acheté un plat tout prêt en se faisant passer pour une parfaite cuisinière ? Allez, avouez ! Du coup, ce que je veux démontrer, c’est que l’imagination est belle et bien là mais d’une si subtile façon qui fait qu’on se retrouve en elle, ce qui la rend attachante.

Pour moi, c’est sûrement ce qui fait que la sauce prend si bien : on rit du quotidien, tout juste un peu surjoué. Et finalement, avec la touche d’humour dont on aurait tellement besoin dans notre triste réalité.

Vous l’aurez compris, c’est un super livre pour décompresser : un régal entre deux lectures « plus sérieuses », une bouffée d’air frais.

Camille commence à se dévoiler peu à peu et j’aimerais bien encore la retrouver dans de nouvelles aventures.

Je suis sûr qu’avec son métier de journaliste, il y a de quoi creuser encore un peu !

Pour Conclure.

Pour moi, c’est bien la confirmation d’une jolie comédie policière à découvrir et à partager autour de soi sans modération.

Le début d’une série que j’avais déjà qualifiée comme version française et moderne d’AGATHA RAISIN de la regrettée MC BEATON pour ceux qui connaissent.

Tout simplement, c’est le genre d’ouvrages qui fait du bien et dont on a besoin, alors pourquoi s’en priver ?

J’ai juste une préférence pour le premier tome que je vous conseille, bien évidemment, avant cette lecture, bien qu’il soit tout à fait possible de lire « Fête de Famille Fatale » indépendamment.

Ma note : 15/20

Ma Citation préférée :

T’as pété le service en porcelaine de mémé Huguette ? P’tain, si c’était moi qui avais fait cette erreur, je me serais fait défoncer par mes vieux.

FÊTE DE FAMILLE FATALE de Juliette Sachs

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :