Actualités,  Chroniques,  Jeunesse,  Littérature Japonaise,  Romans et Littérature

LE JEU D’HIROKI de Eric Senabre

Editions Didier Jeunesse

Virtuel très réel ?

Date de Sortie : 9 septembre 2020

L’année dernière, à la même époque, je découvrais les Editions Didier Jeunesse avec « Elle s’appelait Camille de Lucie Galand » qu’ils m’avaient gentiment offert et que j’avais beaucoup aimé.

Cette année, c’est d’un nouvel extrait de leur collection littéraire de la rentrée de septembre 2020, à paraître à la rentrée, dont je vais vous parler avec « Le Jeu d’Hiroki de Éric Senabre » qu’ils ont adorablement accepté de m’offrir.

Je les en remercie beaucoup.

Mon résumé.

Du haut de ses dix ans, Hiroki quitte Tokyo pour Hitachi avec son père, à la suite du décès de sa mère. Quelques mois plus tard, alors qu’ils trient de vieux cartons, Hiroki retrouve une vieille console de jeu ayant appartenu à celui-ci.

Fasciné par sa trouvaille, il décide de la partager avec son amie Emiko, sa jeune voisine, passionnée elle aussi de jeux-vidéos.

Mais alors qu’un des jeux attire particulièrement leur attention, le père d’Hiroki apprend aux enfants que ce monde virtuel en réseau n’existe plus à la suite de la faillite de son éditeur. Plus de serveur, plus de jeu, l’écran reste définitivement noir au grand désespoir des deux bambins.

Définitivement ? Peut-être pas …

Car ce mystérieux soir, où dépité, notre jeune héros lance une dernière fois la console, il se retrouve, comme par magie, dans l’univers d’une ancienne partie de son père où un personnage virtuel connaît son prénom et lui demande de l’aide.

Comment est-ce possible ?

Nous voilà plongé au cœur du jeu d’Hiroki !

Mon ressenti sur cette lecture.

Tout juste haut comme trois pommes, il a dû déjà vivre la pire épreuve de sa vie : la perte de sa maman ajoutée à un déménagement qui lui fait perdre tous ses repères. Mais, heureusement, il a une passion : celle des jeux vidéos. La même passion que son père à son âge ?

Alors quand Hiroki découvre cette vieille console ayant appartenu à son papa, à ses yeux, c’est la septième merveille du monde. La belle amitié qu’il entretient avec la petite Emiko, elle aussi passionnée, l’incite à partager sa découverte avec elle.

C’est donc au cœur d’un jeu vidéo qui n’est absolument plus censé fonctionner que nous allons avoir la chance de suivre ces enfants entre monde réel et virtuel au sein de la belle culture japonaise.

Même si cette histoire est simple, elle va plaire aux adolescents à laquelle elle est destinée, à coup sûr, mais aussi aux grands enfants que nous sommes car qui n’a jamais joué ?  En tout cas, moi, qui ne suit pas spécialement fan du sujet, j’ai pourtant tout de suite accroché.

L’univers est actuel et vintage à la fois, ce qui parle à toutes les générations de joueurs, et surtout qui n’a jamais rêvé de passer derrière l’écran ? Et si pour sauver la princesse enfermée dans sa tour, vous n’aviez qu’une seule et unique vie ? Pas le droit au mythique Game Over ? Et si la vie de cette princesse était en réalité une vraie vie ?

Ici, l’histoire n’est pas tout à fait la même, pourtant c’est bien une vie que nos héros vont devoir sauver. Une vie disparue depuis bien longtemps. Une vie ayant fait partie de celle du père d’Hiroki par le passé et que tout le monde croit définitivement morte.

Et si cette disparition avait un lien avec ce vieux jeu poussiéreux ?

J’ai vraiment trouvé la plume agréable, prenante, les personnages attachants, jamais vulgaires.

La petite touche d’humour apporté grâce aux personnages secondaires participe à l’ensemble.

J’ai vraiment envie de vous donner envie de lire ce livre.

Les valeurs véhiculées sont celles de l’entraide, de l’amitié, de l’amour, du courage, de la générosité et du respect d’autrui.

C’est un joli roman jeunesse à mettre entre les mains des enfants, que je garderai certainement dans un coin de ma tête, tout comme le nom de son auteur. Il m’a transporté, distrait en toute légèreté et j’en redemanderai presque. Des mots, des phrases faciles à lire, une belle aventure qui s’adresse parfaitement au public auquel il est destiné.

Jolie découverte.

Pour conclure.

Beaucoup d’idées dans ce petit roman à la lecture accueillante et attrayante.

On se laisse porter par cette adorable histoire qui donne envie d’être contée même aux plus petits.

Pourquoi pas ?

C’est doux, reposant, fantastique et intriguant à la fois.

J’adhère totalement.

Ma note : 16/20

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :