Chroniques,  Coups de Cœurs,  Romans,  Romans et Littérature

LE PETIT ROI DU MONDE de Philippe AMAR

Editions PLON

Plus jamais tout seul …

Je n’ai pas été très présente ces derniers temps sur le blog ou les réseaux sociaux pourtant j’ai toujours autant de jolies lectures à partager.

Aujourd’hui, c’est d’un roman et d’un sujet qui me tient à cœur dont je viens vous parler : l’adoption et la parentalité adoptive. Et même si ce livre est une fiction, une belle comédie romantique hors du commun, il en parle avec justesse et vérité car il est très bien documenté sur le sujet et rien que pour cela il méritait que je m’y intéresse.

Alors, voilà le résumé :

Mon résumé :

Victor est un enfant de l’ASE : Aide Sociale à l’Enfance. Orphelin depuis toujours, il n’a jamais connu sa mère, tout juste a-t-il pu maintenir un infime lien à distance avec un père qu’il n’a jamais vu.

Aujourd’hui, il a douze ans, vit dans sa famille d’accueil, chez Tatie, depuis l’âge de ses quatre ans. Mais alors que ce père inconnu décède, rendant l’enfant tout à coup adoptable, Tatie tombe gravement malade anéantissant tout espoir pour Victor de se voir enfin obtenir une filiation avec elle.

Le couperet tombe donc et les services sociaux lui ont trouvé des parents sur catalogue, comme il dit, mais lui refuse la situation et décide de prendre les choses en main en se trouvant lui-même la maman de ses rêves.

Pour cela, avec l’aide de ses amis, il s’inscrit sur un site de rencontres pour adultes. C’est décidé ! Sa maman sera Lily des Lilas, cette pâtissière hors pair qui fait les meilleurs gâteaux du monde ! Mais comment convaincre une inconnue qui s’attend à trouver l’amour à s’intéresser à un petit bonhomme de douze ans ? Comment la convaincre de vous adopter quand on a seulement douze ans ? Chaque minute compte, Victor n’a pas beaucoup de temps et la vie comme les services sociaux ont décidés de ne pas lui donner de répit !

Ce petit bonhomme a lui aussi droit à une super maman et il est prêt à tout pour enfin la trouver !

Mon ressenti sur cette lecture :

Comment rester indifférente à cette histoire quand on a lu le résumé ? Au-delà de l’originalité de l’histoire, c’est la première fois que je vois l’adoption traité d’une façon aussi novatrice : une belle histoire façon comédie romantique mais si bien documentée qu’elle aborde avec justesse et vérité un large éventail de problématiques du sujet : enfant rendu adoptable tardivement sous prétexte du maintien d’un infime lien de filiation biologique, attachement aux familles d’accueil, échec d’apparentements, etc.

Ce livre a deux facettes, un côté grave et un côté léger qui s’accordent à merveilles.

Pour le côté grave, en plus du thème, rester indifférent à l’histoire de Victor et ne pas pouvoir s’attacher aux personnages de ce livre me semble impossible. Car cet enfant a véritablement malgré son vécu dramatique et révoltant une incroyable force de caractère, de soif de vivre malgré sa condition. Son amour pour la musique l’a probablement sauvé. Un amour pour le violon transmis par Tatie, la famille d’accueil de Victor qui l’élève depuis qu’il est petit. Une belle âme qui a aujourd’hui l’impression de trahir son protégé en ne pouvant l’adopter.

Cette belle relation a donc, jusque-là, reposé sur un équilibre fragile et on peut facilement se mettre à la place de cet enfant que la vie n’a pas épargnée. Et puis, il y a Maya, son éducatrice, pour qui Victor est bien plus qu’un dossier. Il s’agit de la bienveillance incarnée qui a pris Victor sous son aile, une belle relation existe entre eux également. Toutes deux représentent les figures maternelles de Victor et pourtant aucune des deux n’a le pouvoir de le garder.

Du jour au lendemain, cet équilibre instable va finir par basculer. Le décès du père absent couplé à la maladie de Tatie qui ne peut plus être famille d’accueil a soudain fait accélérer les choses. Alors que l’on tolère la situation depuis des années, que l’on a laissé grandir et s’attacher ce petit garçon à une situation bancale, tout à coup, il faut le faire adopter et le plus vite possible. De toute façon, il n’y a plus de familles d’accueil de disponible.

La scène où l’éducatrice emmène Victor sur la tombe de son père et où le petit garçon dit que c’est la première fois qu’il le rencontre pour de vrai est aussi bouleversante que révoltante pour moi.

Du coup on en arrive au côté léger, à la partie humoristique de l’ouvrage. Victor veut choisir lui-même sa maman sur internet et la convaincre de l’adopter. Une idée qui donne lieu à plein de petites scénettes drôles et attachantes qui font aussi de ce livre un délicieux bonbon doucement acidulé qui vient tout de suite contrebalancer avec le côté dramatique finalement. Quand à la future mère qu’il s’est choisi, c’est vraiment le rêve ! Ambiance gourmandises et douceurs de vivre garanties. Nous voici plongé avec délectation dans les coulisses d’une pâtisserie haut de gamme avec une Lily des Lilas, pleine d’humanité qui elle aussi a eu son lot de malheurs et qui a trouvé le salut dans sa passion pour les gâteaux.

Alors qui sait ? A défaut de parentalité qui semblent impossible, ces deux écorchés auraient-ils vraiment vu leurs chemins se croiser par hasard ? Peut-être se sont-ils bien trouvés ? Peut-être peuvent-ils s’aider ? Pour le savoir, je vous invite à découvrir ce tendre roman et pourquoi pas venir m’en parler … Moi j’ai beaucoup aimé !

Pour Conclure :

Un livre tendre, touchant et même gourmand pour un sujet pourtant frappant !

Philippe Amar a fait le choix de traiter un sujet plein d’émotions en l’enrobant dans une touche de légèreté et la recette entre vérité et fiction est pour moi parfaitement dosée.

J’ai adoré ce livre et je le classe même dans mes coups de cœurs du moment !

Ma note : 18/20

Souvent, c’est l’auteur qui en parle le mieux :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :