Chroniques,  Romans,  Romans et Littérature

JACKPOT de Stéphane Boudy

Editions LAJOUANIE

Drôle de monde, drôle de vies …

Stéphane Boudy m’avait gentiment contacté bien avant la sortie de son livre pour me proposer de le découvrir.

Toujours curieuse de découvrir de nouveaux auteurs, je le remercie vivement pour ce service presse.

Voici donc une représentation particulièrement salée de ce que pourrait bien devenir le monde alimenté par la folie des hommes. Un ouvrage destiné à interpeller qui m’a fait sortir de ma zone de confort tant il est éloigné de mes lectures habituelles…

Mon résumé.

Loïc Nicolas est un petit fonctionnaire de bureau de la ville de Paris. Frileux à l’idée de passer le cap du premier achat immobilier, il fait au hasard de ces visites d’appartements, une bien curieuse rencontre : un drôle de marchand de biens lui souffle à demi-mot le secret de sa richesse et de sa réussite. Pris sous son aile, Loïc devient bientôt à son tour un investisseur à succès. Ils achètent, ils retapent, ils revendent … C’est la fortune certes, mais-est-ce vraiment le bonheur ?

Le monde devient fou entraînant les deux compères dans une spirale infernale les menant en Indonésie, via l’Élysée en passant par la case prison. Une vie aux antipodes de la normalité.

Mon ressenti sur cette lecture.

A la lecture du résumé, je dois dire que ce livre m’a plutôt intrigué. On y parle de l’ascension fulgurante d’un monsieur tout le monde, de prison, de mission … Bref, d’une véritable révolution dans la vie d’un type lambda, basculant soudain dans un monde qui n’est pas le sien et dans lequel il va pourtant apporter sa pierre à l’édifice. Voilà, ce à quoi je m’attendais. Ce qui me paraît être un thème comme une démonstration déjà extrêmement prometteuse.

Alors, je me suis laissé prendre au jeu avec curiosité, amusement et beaucoup d’inquiétudes en suivant le parcours de notre petit fonctionnaire, devenu soudainement apprenti investisseur. Où cela allait-il le mener ? Toujours plus grand, toujours plus gros pour une ascension sociale au bord de la légalité entièrement piloté par un drôle de bonhomme, profitant de sa crédulité et il faut bien le dire aux allures d’escrocs de prime abord.

Et cela monte crescendo de pages en pages laissant entrevoir au lecteur un éventuel bord de précipice : cela n’est pas normal et va forcément mal finir ! Alors, on s’attache à Loïc pris sans sa partie de Monopoly grandeur nature, attendant la catastrophe sans pour autant entrevoir les prémices de la spirale infernale d’un monde qui devient soudain totalement fou et hors de contrôle.

Mais là n’est pourtant pas la question. Car nous sommes à mille lieues d’imaginer la finalité. Car un moment donné tout dérape pour Loïc comme pour le lecteur et pas du tout comme je l’attendais. Surtout tout va vite, très vite, trop vite en tout cas pour moi ! Nous sommes bel et bien dans la folie des hommes en tout cas si ne n’est pas cela, c’est fortement ressemblant. Les sujets sont crus, sensibles et polémiques.

On tourne à vitesse maximum autour de l’idée de départ mais ce n’est plus le sujet principal. On sent bien qu’il y a un message fort derrière tout cela mais le souci, c’est que personnellement, j’ai eu la sensation d’un trop plein de choses à dire et du coup on m’a perdu en route. J’ai perdu le fil et ce message, je ne l’ai pas compris.

Comme j’ai pu le lire, il s’agit effectivement d’une grande fresque politiquement incorrecte dont le but est bien évidemment d’interpeller. Ce qui explique l’imagination débordante que j’aurais tellement aimé plus canalisée et surtout centrée autour du personnage principal. Certains moments de la vie de Loïc, j’ai eu l’impression de les survoler parce-que justement il y avait tellement d’idées à placer dans un si petit ouvrage …

D’autre part, certains passages m’ont mise mal à l’aise et m’ont même profondément gênés. Trop provocateurs ? Trop tendancieux ?

Avec le recul, je me dis que peut-être n’avoir pas pu rentrer dans l’histoire, m’a empêché d’en saisir l’ironie ou la satire. Ce monde devient tellement dingue, choquant et dérangeant qu’il en fait, selon moi, oublier non seulement l’essence même de l’intrigue principale mais également la démonstration. C’est dommage.

Malgré ces points négatifs importants, je dois tout de même reconnaître que le style de l’écriture reste fluide et agréable.

J’avais bien accroché à l’idée de départ, j’ai persévéré jusqu’à la fin … Vraiment vraiment dommage !

Ma conclusion.

Des personnages qui en vivant mille vies dans un monde totalement fou m’ont laissé sur le bord de la route. Toutefois, c’est un livre qui a le mérite de dénoncer la folie des hommes et justement on ferait bien d’y réfléchir …

Ma note : 11/20

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :