Actualités,  Autour des livres,  Jeunesse,  Romans,  Romans et Littérature

JE N’AI PAS TRAHI de Frédéric Couderc

Editions PKJ

Bienvenue en Corse !

Un coup d’œil sur la couverture, une lecture du résumé … Il me fallait à tout prix ce livre ! Alors, j’ai essayé, j’ai lutté mais « Je n’ai pas résisté » à « Je n’ai pas trahi ». De toute façon, c’était perdu d’avance. Sitôt réceptionné, sitôt dans ma valise direction les vacances !

Mon résumé.

Luna, seize ans, vient tout juste d’emménager à Ajaccio avec sa mère à la suite du divorce de ses parents. Petite nouvelle mise à l’écart par ses nouveaux camarades de lycée, elle se rapproche de Mattéo qui devient rapidement son premier petit ami. Ensemble, ils seront amenés au travers de la préparation d’un concours de lycéens sur la Résistance à découvrir le sort peu connu des Juifs de Corse durant la guerre.

Seule, Luna tombera alors sur une vieille photo aux archives départementales susceptible de remettre en cause toute son histoire familiale.

Ensemble, ils seront les témoins d’un règlement de compte sanglant en plein cœur d’Ajaccio.

Seul, Mattéo remettra son destin entre les mains de Salomon, jeune Résistant d’hier et vieil homme d’aujourd’hui à la rancœur tenace.

Bienvenue dans une Corse conjuguée au passé comme au présent : muette, mystérieuse, solidaire, fanatique et sanglante.

Mon ressenti sur cette lecture.

Avant d’ouvrir ce livre, j’avoue ne jamais m’être intéressé de près au sort réservé aux personnes de confession Juives vivant en Corse durant la Seconde Guerre Mondiale. Sans, doute parce-que pour moi, leur sort était sensiblement le même à l’époque qu’en Europe.

Si ce roman, s’appuyant sur du fait réel peut donc nous surprendre d’emblée, c’est sans nul doute car on y apprend que les Corses ont protégés la population Juive du mieux qu’ils ont pu : refus de l’étoile jaune, refus de la déportation … Voici une belle partie de l’histoire bien trop méconnue par chez nous.

En s’appuyant donc sur ces événements historiques, Frédéric Couderc nous propose, selon moi, avec ce livre une fiction représentative de la Corse d’hier et d’aujourd’hui. Ainsi, en donnant vie au personnage du jeune Mattéo, obligé de taire son vrai prénom, Madjid, afin de ne pas attirer l’attention sur ses origines, l’auteur fait un parallèle et nous invite à la réflexion : comment un peuple ayant fait preuve de courage et d’héroïsme, fervent opposant de l’atrocité du régime de Vichy, qui a accueilli et protégé la population Juive de Corse a-t-il pu intégrer tout ce qu’il avait jusqu’alors refusé d’être par le passé ?

Et puis, se reconstruire, c’est aussi un peu l’autre thème qui revient très souvent dans cet ouvrage. Conjugué au présent, cela donne comment se reconstruire après un divorce, dixit Luna et sa mère. Pour le passé, il y a Mina. Elle aussi a tout quitté mais à une autre époque … C’était après cette terrible guerre. Choisir de partir pour tout recommencer ailleurs … A-t-on un autre choix lorsque le reste du monde vous juge et vous montre du doigt ? Il faut tenter d’oublier ! Enfin, il y a Salomon. Continuer de vivre, survivre face à l’injustice, au drame, à la perte d’un être cher tout en préparant la vengeance censée vous apaiser. Essayer de retrouver une sérénité chacun à sa façon donc …

Ce que j’ai beaucoup aimé au-delà de la profondeur des personnages, c’est la construction du récit. L’oscillation entre un passé et un présent étroitement lié par un fil conducteur invisible qui lie les personnages les uns aux autres. Résultat : un scénario étroitement ficelé.

Ce livre est un fervent hommage à l’Île de Beauté mais il en dépeint également les points faibles avec sincérité et justesse mais aussi avec la délicatesse et la retenue nécessaire lorsque l’on s’adresse à un public tel que des adolescents. Ainsi, ce livre, n’est ni violent, ni pour autant censuré. Je dirais juste qu’il trouve les bons mots.

J’ai aimé l’immersion et je pense que le jeune public se retrouvera assez bien dans les personnages de Luna et Mattéo qui malgré leurs péripéties, on aussi des préoccupations d’adolescents d’aujourd’hui.

Si j’avais juste une petite critique, ce serait cette histoire de trésor, à la fin du livre, qui enlève, selon moi, un peu de crédibilité au récit. Mais ce n’est qu’appréciation personnelle …

Pour Conclure :

Une belle mise en valeur des forces et des faiblesses de l’Île de Beauté. Un très beau roman jeunesse à découvrir sans tarder.


Ma note : 15/20

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :