Romans,  Romans et Littérature

MAINTENANT, COMME AVANT de Juliette Arnaud

Rentrée Littéraire 2019

Date de Sortie : 5 septembre 2019

Editions Belfond

Partir pour mieux revenir ?

Mon deuxième livre de cette rentrée littéraire 2019 m’a été gentiment offert par les Editions Belfond.  C’est le second livre de Juliette Arnaud, comédienne que j’adore et que j’ai découverte notamment dans la pièce de théâtre « Arrête de pleurer Pénélope », mythique !

Plage, vacances, soleil et farniente à près de 9000 kilomètres de la métropole, toutes les conditions étaient réunies pour un agréable moment lecture.

Mon Résumé.

Moi, c’est Rose, dix-huit ans tout pile cet été, encore vierge – mais j’ai décidé que cela s’arrangerait bientôt – , un chien « Gros », un meilleur ami « Moïse » et un amoureux secret, Bruno – lui-même ne le sait pas – , le meilleur ami de mon père – donc ce n’est pas gagné – .

J’ai été élevé par ma grand-mère et mon père, Emiliano.

Où me demanderez-vous ? Dans leur Ardèche natale. Où est ma mère ? Justement, envolée, évaporée, partie vivre ses rêves de groupies peu après ma naissance laissant Emiliano, seul et désemparé avec moi. Aujourd’hui ? Je ne me porte pas si mal finalement, j’ai appris à faire sans elle …

Alors, pourquoi la Manette, elle réapparaît maintenant ? Pourquoi à l’aube de mes 18 ans ? Pourquoi mon père, qui a tant souffert, l’accueille-t-il les bras ouverts ? Pourquoi c’est si facile pour elle de revenir toutes ces années plus tard, comme si de rien n’était ? Pourquoi cet été tout va s’écrouler autour de moi ?

Souffrance aveugle, colère refoulée, peut-on pardonner à l’inconnue qui nous a abandonnée ?

Mon ressenti sur cette lecture.

A la lecture des premières pages, j’avoue avoir été extrêmement surprise par le style de l’auteure. Je n’ai pas encore découvert son premier ouvrage donc j’avoue ne pas savoir s’il s’agit d’une narration judicieusement choisie pour ce livre ou bien du ton habituel de sa plume. En tout cas, c’est Rose, elle-même, qui va nous conter son histoire en s’adressant à nous lecteurs, dans un style disons très familier et surtout, comme cela lui vient. Au début, j’avoue que cela déboussole un peu et que j’ai eu quelques difficultés à rester captive. Alors, je suis souvent revenue en arrière pour reprendre le fil.

Malgré tout, j’ai été persévérante car on ne peut pas rester insensible au vécue de cette jeune adulte, qui, à peine sortie de l’adolescence, voit tout à coup arriver le plus gros bouleversement de sa vie. Comment une femme qui a abandonné son enfant à son père, quelques jours après sa naissance, sans un mot, sans se retourner, sans jamais donner de nouvelles, pour vivre ses rêves de groupies, peut-elle revenir dix-huit ans plus tard, la bouche en cœur, en agissant comme si elle était partie hier ? Parce que finalement, à la lecture, on a l’impression que seule Rose voit ce trou de près de deux décennies. Son père, lui, retrouve son amour de jeunesse qu’il n’a jamais cessé d’aimer et dont il a tant espéré le retour.

Sa fille se retrouve seule avec ses états d’âme d’adolescente et sa frustration, sa colère d’avoir été abandonnée par sa mère. Bien qu’elle soit entourée, nous lecteurs – en tout cas, c’est mon impression – nous sommes les seuls témoins de son ressenti et c’est à nous qu’elle s’adresse comme si elle parlait à un journal. J’ai eu vraiment cette forte envie de lui dire : « Bien sûr que tu as raison, ce n’est pas du tout normal ! Ils déconnent tous où quoi ? »

A partir de là, je crois qu’avec le recul, on commence à comprendre un peu mieux le ton donné au récit. Et cela m’a vraiment aidé à me sentir concerné par l’histoire. Du coup, je crois que l’auteure souhaitait vraiment nous amener à suivre l’histoire du point de vue de Rose, d’une adolescente pas tout à fait femme, d’une enfant plus tout à fait enfant. Ce sont ses mots, ses pensées à elle, ses façons d’agir lorsqu’elle voir arriver cette inconnue qu’on veut nous retranscrire et dans son jargon à elle. Comment être plus proche de l’histoire ? Alors, contre toute attente, je me suis laissé prendre au jeu préférant certains passages à d’autres. Je ne me suis jamais passionnée pour les intermèdes dans le passé d’Emiliano et Bruno. En revanche, le passé raconté par Rose, sont sans aucun doute mes passages préférés.

J’ai bien aimé ce livre, je le trouve utile bien que peu réaliste. Cependant, j’aurais aimé que la fin soit un peu plus approfondie et moins énigmatique. C’est un peu dommage.

Conclusion :

Le style d’écriture de ce livre est particulier, familier, brute et un peu déroutant, parfois. Cependant, l’histoire est là : intéressante, attachante et prenante. J’ai bien aimé cette lecture et du coup forcément, je suis un peu déçue par la fin que je n’avais pas vu venir, trop énigmatique à mon goût.

Ma note : 13/20

Il vous tente ? Vous l’avez lu ? Dites-moi tout.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :