Chroniques,  Romans,  Romans et Littérature

LA GOÛTEUSE D’HITLER de Rosella Postorino

Editions Albin Michel

Cadeau empoisonné …

Très difficile de passer à côté de ce roman dont j’avais beaucoup entendu parler ! Il me faisait très envie alors quand je l’ai vu qui m’attendait sagement sur le rayon nouveauté de la médiathèque, je n’ai pas hésité une seconde …

Une occasion pareille ne se rate pas, c’est presque un signe !

Mon résumé :

Nous sommes en pleine seconde guerre mondiale, côté allemand. Hitler a les pleins pouvoirs. Totalement épouvanté à l’idée qu’on puisse s’en prendre à sa propre vie, il prend toujours plus de précautions. La dernière en date : recruter des goûteuses pour tester tous les plats avant de les manger lui-même de peur qu’ils ne soient empoisonnés. Parmi ces recrues désignées d’office : Rosa.

Une jeune fille dont le mari est parti au front et qui vit désormais chez ses beaux-parents en attendant des jours meilleurs car cette guerre lui a tout pris. Une nouvelle vie bien éloignée de la sienne !

Alors avoir été choisie pour servir le Führer, est-ce une chance ? Une malédiction ? Une question à laquelle Rosa et ses nouvelles collègues ne vont pas tarder à pouvoir répondre sans hésitation …

Mon ressenti sur cette lecture :

Quelques pages seulement furent suffisantes pour que je plonge totalement dans ce livre. Le style d’écriture est simple, fluide et tellement parlant ! Le sujet n’est certes pas nouveau mais se démarque néanmoins car il est rare de lire des livres sur la seconde guerre mondiale du côté allemand. En tout cas, pour moi, c’est un premier roman avec changement de point de vue.

Je n’ai pas été déçue, c’est le livre que je m’attendais à découvrir et notre héroïne est très attachante. Il faut dire que j’aime particulièrement les romans sur ce thème. Je vous en ai présenté ces derniers temps un certain nombre d’ailleurs, je pense notamment à Chère Mrs Bird ou La Fille qui n’avait pas de nom.

Rosella Postorino est donc parvenu à me présenter une nouvelle facette de l’histoire à travers son roman. Car du côté de la population allemande tout n’est pas rose non plus ! Hitler est tout aussi tyrannique avec son peuple et un certain nombre d’allemands subissent par peur de s’y opposer mais ne le soutienne absolument pas pour autant. Au contraire !

A cause de lui et de cette guerre, Rosa a tout perdu : son père, son frère puis sa mère, sa vie berlinoise … Et enfin son jeune mari parti au front … De quoi avoir un certain nombre de rancœurs, surtout quand on a toujours été contre la politique menée par ce parti. Sans ressource, elle vient s’installer à la campagne chez ses beaux-parents. Un monde totalement éloigné du sien ! Elle va avant tout devoir s’adapter à la vie à la campagne, tout un nouveau monde à appréhender et bien loin de sa vie à la ville. Les habitantes vont d’ailleurs voir d’un mauvais œil son arrivée, la moquant sur ses tenues, son éducation … Rosa va devoir se battre pour se faire accepter de ses nouvelles camarades …

Alors quand elle est choisie parmi les goûteuses d’Hitler, ce n’est pas à une mais plutôt à une double hostilité qu’elle va devoir faire face : celle des soldats qui se croient tout permis mais aussi celles de ses collègues qui n’ont pas l’intention de lui faire de cadeaux …

Certainement plus par jalousie qu’autre chose d’ailleurs …

Notre héroïne va redoubler d’effort pour intégrer ce groupe … Jusqu’à prendre des risques pour sa propre vie ! Heureusement, au fil du livre, elles vont vite se rendre compte qu’elles sont toutes dans le même bateau ! Une chance de manger des mets savoureux alors que d’autres meurent de faim, certes, mais risquer sa vie chaque jour en se demandant si c’est le dernier : si quelqu’un tente d’empoisonner Hitler, alors c’est elles qui en première ligne, vont perdre la vie. Passé l’euphorie, c’est la peur au ventre, qu’on les obligent à venir finalement et c’est au cœur de la machine infernale qu’elles vont se retrouver : la plus mauvaise des places !

J’ai beaucoup aimé ce roman qui aborde avec finesse et psychologie les différentes problématiques rencontrées durant cette période surtout du côté féminin … Une mise en lumière de la condition féminine à l’époque très intéressante pour apprendre à comprendre avant de juger ! J’ai beaucoup aimé Rosa, sa détermination, son courage mais aussi ses collègues, les liens qu’elles tissent …

En revanche, j’ai moins aimé la fin … Même si elle nous donne toutes les réponses qui nous manquaient ! On laisse notre héroïne dans une gare à la fin de la guerre pour la retrouver au même endroit dans les années 1990 … Un peu déçue par ce choix narratif. J’aurais préféré continuer à vivre l’histoire en temps réelle … Mais, c’est une question de goût uniquement et cela ne remet absolument pas en cause la qualité de cet ouvrage !

Pour conclure :

Une lecture dans laquelle je me suis laissée embarquée ! Un roman à la fois distrayant et utile, ce que j’aime ! Je comprends l’engouement autour de ce livre ! Vraiment ! Je conseille sans hésitation !


Ma note : 15/20

Ma citation préférée :

« Les choses ne sont presque jamais comme elles semblent, déclara-t-elle. Ça vaut aussi pour les gens. »

LA GOÛTEUSE D’HITLER de Rosella Postorino

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :