Chroniques,  Témoignages

JEAN-LUC DELARUE – LA STAR QUI NE S’AIMAIT PAS de Vincent Meslet

Editions Fayard

Double-je …

C’est par une nuit d’insomnie que j’ai téléchargé ce portrait de l’animateur télé préféré de toute une génération de français, Jean-Luc Delarue, , sur ma liseuse.

J’avoue que j’aime beaucoup les témoignages et les documents de ce style même si j’en lis rarement …

La curiosité est un vilain défaut, mais j’assume … Il faut juste savoir faire la part des choses et ne surtout pas oublier que ces récits sont uniquement le fruit d’un ou plusieurs points de vue et qu’ils ne détiennent pas là forcément la vérité absolue même si certains le prétendent.

Chacun perçoit différemment, chacun raconte différemment et surtout chacun écrit ce qu’il a envie d’écrire.

Si l’on garde bien cette idée dans un coin de notre tête, alors il n’y aucun mal, selon moi, à aller visiter des vies, des vécus, des milieux inconnus et c’est même parfois très intéressant.

Alors, on y va ?

Jean-Luc Delarue est l’animateur préféré des français des années 1990, très jeune lorsqu’il rentre dans ce milieu, travailleur et perfectionniste, il révolutionnera les émissions de divertissements avec le mythique “Ca Se Discute” et plus tard “C’est Mon Choix” en tant que producteur avec sa société Réservoir Prod.

Tout lui réussit : amour, succès, argent, reconnaissance … Pourtant, derrière l’écran, dès le début c’est l’auto-destruction qui commence pour se finir par la fin tragique que l’on connaît tous …

Vincent Meslet, l’ancien patron de France 2 et actuel producteur de Demain nous appartientl’a côtoyé régulièrement en coulisses jusqu’en 1997 et revient dans ce livre sur la vie de Jean-Luc Delarue, de ses débuts à la fin de sa vie.

C’est donc un récit sur une longue chronologie qui nous est proposé par l’auteur, des blessures d’enfance de l’animateur à son exigence maladive à l’âge adulte en passant par les risques du succès.

Mon ressenti à la lecture :

+++

Je trouve que le livre est assez complet en partant de l’enfance jusqu’à la fin de vie de JLD et que la place donnée à la psychologie est assez importante pour nous permettre de comprendre et non de juger. J’en ai ainsi retenu les souffrances de l’enfant à l’origine de ce manque de reconnaissance et de cette exigence exacerbée; la dangerosité du succès et de l’argent qui font perdre la tête au principal intéressé et à son entourage (incapable de ce fait de le ramener sur terre) attirant et laissant place malheureusement aux personnes mal-attentionnées. Fragile depuis le début, constamment sous-pression, mal entouré voilà qui explique pour une grande part la spirale infernale !

De plus, l’ouvrage nous plonge dans les coulisses de la télévision avec la préparation des émissions, leur production, les rivalités entre animateurs, les exigences des chaînes … C’est un sujet très intéressant.

Bien entendu, comme indiqué plus haut, il ne s’agit que d’un point de vue et non d’une vérité absolue, ce qui est plutôt rassurant quand on pense au portrait dressé … Un portrait assez noir selon moi, à l’opposé de l’animateur télé bienveillant que l’on connaît, si à l’écoute et empathique devant la caméra, mais plutôt le récit d’un être exécrable et incontrôlable en coulisses comme dans sa vie privée. J’ai eu du mal à retrouver le “portrait équilibré” annoncé dans les interviews de l’auteur.

Quand à la fin de sa vie, les zones d’ombres des derniers jours … Il n’y a rien ou pratiquement rien ! Est-ce volontaire ? Par manque de témoignages ? Difficile à dire … En tout cas, si vous arrivez vers ce livre avec l’espoir qu’il va vous éclairer sur cette période, passez votre chemin … Vous n’apprendrez rien de plus que ce qui a déjà été dit. J’ai même eu la sensation qu’à partir de l’annonce de sa maladie, tout va très vite. On est alors déjà quasiment à la fin du livre.

Enfin les détails sur la télévision des années 1990, parfois c’est long, trop long ! Pour quelqu’un qui n’est pas du milieu, c’est selon moi compliqué ! On s’y perds très vite et cela n’apporte rien au lecteur attiré par la vie de l’animateur. J’ai décroché pas mal de fois …

Pour Conclure …

Avis mitigé avec d’un côté une dimension psychologique très bien faite permettant de comprendre et non de juger et de l’autre un portrait excessivement négatif de l’animateur même dans ses périodes de repenti.

Trop de détails sur les enjeux politiques et économiques de la télévision perdent le lecteur non familier dans le domaine.

Ma note : 11/20

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *